Nous étions quatre (Marie France, Béatrice de V, Constance et moi) à la basilique ce samedi 7 janvier entre 14h30 et 16h.

Nous nous étions fixés de proposer un échange aux visiteurs de la basilique.

Bilan : peu de monde (pas étonnant au vu du froid polaire) – mais de beaux échanges, et plutôt un bon accueil.

Une personne sur deux semble entrer dans la basilique pour des motifs autres qu’une visite purement touristique. (suite à des décès proches, maladies.. )

Il y a donc des occasions à saisir.

Ces personnes rentrant ont semble-t-il trouvé normal de se faire accoster (dans une église), et au contraire, elle apprécient plutôt nos propositions. Il n’y a rien d’incongru / c’est plutôt naturel à faire.

En conclusion, pas beaucoup de monde mais on s’est fixé de recommencer rapidement car je pense que l’on a un moyen simple de rentrer en contact avec des gens (sans l’aspect : « je vais chercher des gens dans la rue »).

Prochain rendez-vous : chez les Thomazo, le 17 janvier à 20h30

Les rencontres (autour d’un chapelet médité) ont lieu le dimanche à 18h15 chez Madé et Gérard, 15 rue de la Commanderie.

Les intentions ne manquent pas au Cenacolo Marie, Mère de l’Oratoire car beaucoup de gens proches sont touchés par de rudes épreuves et nous édifient par leur courage et leur foi lumineuse.

  • 15 janvier
  • 29 janvier
  • 12 février
  • 26 février
  • 12 mars
  • 26 mars

Vous pouvez ci-dessous proposer une intention de prière qui sera portée par le Cenacolo à la prochaine rencontre.








Le cenacolo d’Anncik et Philippe a eu lieu le 17 décembre dernier avec pour thème des œuvres picturales illustrant la Nativité du Seigneur.

Prochaine réunion chez Aleth, 11 rue Baron Louis à Nancy, le 4 février à 17h30.

Pour cette nouvelle rencontre nous étions 7 présents dont un invité (l’idée étant de proposer ponctuellement à des personnes de venir, qu’elles soient curieuses de nous rencontrer ou bien que l’invitation vienne de l’un d’entre nous).

Après un chant à l’Esprit Saint, nous avons commencé par un temps de tractatio sur la lettre de St Paul aux Romains.

Frères, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. En effet, l’Écriture dit : Quiconque met en lui sa foi ne connaîtra pas la honte. Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent. En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.
Or, comment l’invoquer, si on n’a pas mis sa foi en lui ? Comment mettre sa foi en lui, si on ne l’a pas entendu ? Comment entendre si personne ne proclame ? Comment proclamer sans être envoyé ? Il est écrit : Comme ils sont beaux, les pas des messagers qui annoncent les bonnes nouvelles ! Et pourtant, tous n’ont pas obéi à la Bonne Nouvelle. Isaïe demande en effet : Qui a cru, Seigneur, en nous entendant parler ? Or la foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ. Alors, je pose la question : n’aurait-on pas entendu ? Mais si, bien sûr ! Un psaume le dit : Sur toute la terre se répand leur message, et leurs paroles, jusqu’aux limites du monde.
Rm 10, 9-18.

Ce texte a suscité divers réflexions comme le fait de chercher à se convertir soi-même avant de vouloir évangéliser, dans le but que nos actes et notre vie soient cohérents avec notre foi, et ainsi d’éviter les contre témoignages. L’évangélisation commence par notre quotidien, dans les évènements que Dieu nous propose, avec les personnes que l’on rencontre, sans forcément que l’on soit « en démarche » : il faut tout simplement être ouvert à l’Esprit Saint pour le laisser agir à travers nous auprès des personnes rencontrées… Certains d’entre nous ont donné de beaux exemples d’événements vécus ou de rencontres fortuites par lesquelles Dieu est passé.

Nous avons ensuite partagé des intentions de prières afin de pouvoir prier les uns pour les autres, et pris un temps d’oraison silencieuse.

S’en est suivi un temps de discussions autour d’un petit goûter pour réfléchir aux actions concrètes que nous pourrions mener. Plusieurs idées sont apparues comme :

  • profiter un samedi après-midi lorsque la basilique est ouverte pour accueillir les gens qui y rentrent,
  • d’être présents durant les 40h d’adoration en proposant aux passants sur le parvis de rentrer dans l’église un instant, déposer une intention de prière, etc…
  • renouveler quelque chose lors du chemin de croix du vendredi saint

Notre rencontre s’est terminée par les complies.

Je rends grâce à Dieu car je n’aurais jamais pensé que ce cenacolo me pousse autant à vouloir me (re)convertir au quotidien et ouvre mon regard sur l’œuvre de Dieu dans ma vie et dans celle des autres. Ces rencontres sont vraiment de beaux moments d’échanges conviviaux et de prière.

Les prochains rendez-vous du cenacolo : Evangéliser le samedi 7 janvier après-midi (veille de l’Epiphanie) et nous réunir le 17 janvier au soir pour une rencontre habituelle.

Mercredi 21 décembre 14h chez les Bridet (bd Albert Ier)

Offices


Messe de la
St Philippe Néri
26 mai à 19h30

Ascension
Pas de messe anticipée.
Messes à 9h30 et 11h

Messe du dimanche

(à la basilique toute l'année)
Dimanche à 9h30
Dimanche à 11h

Messe anticipée

Samedi à 18h30

Messes de Semaine

Lundi : 18h30 suivie de l'adoration du St Sacrement jusque 19h45
Du mardi au vendredi : 08h30
Mercredi soir : 18h30
Samedi : 8h30 (messe selon le missel de Paul VI en langue latine)

Temps de prière

Lundi soir

Après la messe de 18h30 (19h15 environ) jusque 19h45 :
Adoration du Saint-Sacrement.

Du mardi au samedi :

8h10 : office du matin (laudes)
12h -12h30 : oraison silencieuse

Vendredi de 11h30 à 12h30 :

adoration du Saint-Sacrement

Dimanche :

8h15 - 8h45 : oraison silencieuse
8h45 : office du matin (laudes

Confessions

Pendant l’adoration :
lundi, 19h15 - 19h45
vendredi, 11h30 - 12h30.

Samedi : 16h30 -18h
(à la Basilique toute l’année)