Le cenacolo d’Anncik et Philippe a eu lieu le 17 décembre dernier avec pour thème des œuvres picturales illustrant la Nativité du Seigneur.

Prochaine réunion chez Aleth, 11 rue Baron Louis à Nancy, le 4 février à 17h30.

Pour cette nouvelle rencontre nous étions 7 présents dont un invité (l’idée étant de proposer ponctuellement à des personnes de venir, qu’elles soient curieuses de nous rencontrer ou bien que l’invitation vienne de l’un d’entre nous).

Après un chant à l’Esprit Saint, nous avons commencé par un temps de tractatio sur la lettre de St Paul aux Romains.

Frères, si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur, si, dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, alors tu seras sauvé. Car c’est avec le cœur que l’on croit pour devenir juste, c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi pour parvenir au salut. En effet, l’Écriture dit : Quiconque met en lui sa foi ne connaîtra pas la honte. Ainsi, entre les Juifs et les païens, il n’y a pas de différence : tous ont le même Seigneur, généreux envers tous ceux qui l’invoquent. En effet, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.
Or, comment l’invoquer, si on n’a pas mis sa foi en lui ? Comment mettre sa foi en lui, si on ne l’a pas entendu ? Comment entendre si personne ne proclame ? Comment proclamer sans être envoyé ? Il est écrit : Comme ils sont beaux, les pas des messagers qui annoncent les bonnes nouvelles ! Et pourtant, tous n’ont pas obéi à la Bonne Nouvelle. Isaïe demande en effet : Qui a cru, Seigneur, en nous entendant parler ? Or la foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ. Alors, je pose la question : n’aurait-on pas entendu ? Mais si, bien sûr ! Un psaume le dit : Sur toute la terre se répand leur message, et leurs paroles, jusqu’aux limites du monde.
Rm 10, 9-18.

Ce texte a suscité divers réflexions comme le fait de chercher à se convertir soi-même avant de vouloir évangéliser, dans le but que nos actes et notre vie soient cohérents avec notre foi, et ainsi d’éviter les contre témoignages. L’évangélisation commence par notre quotidien, dans les évènements que Dieu nous propose, avec les personnes que l’on rencontre, sans forcément que l’on soit « en démarche » : il faut tout simplement être ouvert à l’Esprit Saint pour le laisser agir à travers nous auprès des personnes rencontrées… Certains d’entre nous ont donné de beaux exemples d’événements vécus ou de rencontres fortuites par lesquelles Dieu est passé.

Nous avons ensuite partagé des intentions de prières afin de pouvoir prier les uns pour les autres, et pris un temps d’oraison silencieuse.

S’en est suivi un temps de discussions autour d’un petit goûter pour réfléchir aux actions concrètes que nous pourrions mener. Plusieurs idées sont apparues comme :

  • profiter un samedi après-midi lorsque la basilique est ouverte pour accueillir les gens qui y rentrent,
  • d’être présents durant les 40h d’adoration en proposant aux passants sur le parvis de rentrer dans l’église un instant, déposer une intention de prière, etc…
  • renouveler quelque chose lors du chemin de croix du vendredi saint

Notre rencontre s’est terminée par les complies.

Je rends grâce à Dieu car je n’aurais jamais pensé que ce cenacolo me pousse autant à vouloir me (re)convertir au quotidien et ouvre mon regard sur l’œuvre de Dieu dans ma vie et dans celle des autres. Ces rencontres sont vraiment de beaux moments d’échanges conviviaux et de prière.

Les prochains rendez-vous du cenacolo : Evangéliser le samedi 7 janvier après-midi (veille de l’Epiphanie) et nous réunir le 17 janvier au soir pour une rencontre habituelle.

Mercredi 21 décembre 14h chez les Bridet (bd Albert Ier)

Le déroulement de notre rencontre :

  1. prière à l’esprit saint
  2. puis échange autour des réflexions suivantes :

«Partager notre rencontre avec Dieu dans un esprit philippin, c’est à dire un joyeux mélange et brassage d’une vie familiale autour d’échanges simples, libres et chaleureux »… et joyeux.

Avec les questions :

  • Comment être témoin au quotidien ? le suis-je pour mes proches ?
  • Comment l’être au sein de la paroisse ? au sein de l’Oratoire ?
  • Ai-je une tête de ressuscité ?
  • Se convertir soi-même – évangéliser autrui : je commence par où ?
    (Ce dernier point sera repris la prochaine fois car non traité)
  1. 15 min d’oraison silencieuse
  2. Tractatio sur la lecture du 1er dimanche de l’avent (que me dit le Seigneur aujourd’hui ?)


Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains
Frères,
vous le savez : c’est le moment,
l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil.
Car le salut est plus près de nous maintenant
qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants.
La nuit est bientôt finie,
le jour est tout proche.
Rejetons les œuvres des ténèbres,
revêtons-nous des armes de la lumière.
Conduisons-nous honnêtement,
comme on le fait en plein jour,
sans orgies ni beuveries,
sans luxure ni débauches,
sans rivalité ni jalousie,
mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ.


  1. Puis complies chantées ensemble
  2. (Qqs gâteaux de noël partagés…)


Quelquess commentaires des membres de notre cenacolo :

  • Le point important à retenir : L'acceptation de soi-même tel qu'on est comme terrain d'action de l'Esprit Saint.
  • La conversion personnelle vient de l’Esprit Saint et peut passer à travers l’autre. Il convient donc d’accepter l'autre différent, qui quand je veux bien l'écouter, m'évangélise.
  • Il y a donc dans la vie du cénacolo l'aspect « petite fraternité » dans la charité, et « école de charité » ,
  • Ceci doit grandir et devra déborder plus tard, lors les temps d'évangélisation.
  • Nous avons en particulier pris une résolution d'éviter la médisance qui nous abime et abime l'autre.
  • La résolution de se porter ds la prière sans oublier ceux qui ont hésité à venir ou hésitent encore.


Prochain cénacolo : le 13 décembre 2016



Notre Cenacolo se place humblement dans les traces de Saint Philippe, homme de la place publique et de la conversation. Comme lui, nous cherchons à vivre et à agir à l'écoute de l'Esprit. Nous aimons la manière dont l'appel intérieur qu'il vit en son âme et en son coeur rayonne autour de lui.

Notre Cenacolo est constitué de deux temps : d'abord des rencontres, échanges et prières entre nous, pour nous ouvrir mutuellement à l'amitié et à la compassion que nous souhaitons ensuite étendre à nos prochains. Ces temps de sanctification mutuelle sont importants : ils nous préparent à la rencontre lors des salons.

Le deuxième temps est celui des salons en plein air. Simplicité et ouverture à l'autre en sont les maîtres mots. Notre premier salon a eu lieu le dimanche 13 novembre sur le parvis de la basilique St Epvre. Nous étions 5 : Jacques, Jean-Gabriel, Maud et sa fille Mayalène, et moi-même. Qui avons-nous rencontré? Des passants en balade dominicale, dans l'Eglise ou hors de l'Eglise, de passage ou résidents,un homme allemand qui visitait la basilique St Epvre, des étudiants ou des personnes plus âgées, etc.

Ce fut un temps de rencontres (chacune unique en son genre!) et de dialogues fructueux. En un mot, un espoir de paix, par l'audace de la rencontre. Même les personnes qui ne s'arrêtaient pas pour manger un morceau de gâteau ou boire un boisson chaude étaient interpellées, amusées,ou surprises par une démarche inhabituelle, ne serait-ce que par sa gratuité de plus en plus suspecte de nos jours. Rien que cet étonnement qui amène ou non à quelque chose de plus profond ne peut que nous inciter à reproduire l'expérience.

Ceux et celles qui franchissaient le pas et osaient le dialogue nous ont transmis leur part de vie, leur sourire, leurs mots, leurs impressions sur la basilique ou la ville, leurs états d'âme, leurs joies, leurs douleurs. Ce premier salon du Cenacolo fut un trésor.

De ceux qui ouvrent des chemins de vie lorsque le monde semble trop bruyant, ou l'horizon trop bouché, ou les relations entre les hommes trop compliquées.

Mylène




S’abonner au site

Offices

Reprise des messes du samedi soir (18h30)
le 2 septembre

Messe du dimanche (à la basilique toute l'année)

Dimanche à 9h30
Dimanche à 11h

Pas de messe anticipée du 1er juillet au 31 août

Messes de Semaine (à la Basilique)


Lundi : 18h30 suivie de l'adoration du St Sacrement jusque 19h45
Du mardi au vendredi : 08h30
Samedi : 08h30 (messe selon le missel de Paul VI en langue latine)

Temps de prière (à la Basilique)

Lundi

Adoration du St Sacrement après la messe (19h15 environ) jusque 19h45

Du mardi au samedi :

8h10 : office du matin (laudes)
12h -12h30 : oraison silencieuse

Vendredi de 11h30 à 12h30 :

adoration du Saint-Sacrement

Dimanche :

8h15 - 8h45 : oraison silencieuse
8h45 : office du matin (laudes)

Confessions

Samedi : 16h30 -18h
(à la Basilique)